vers le Share Journal

ma share école

dimanche 7 janvier

Pour ou contre le port du sourire devant l’école en 2018?

‘Puisse le sourire renaitre au quotidien devant les écoles. Notre société en serait grandement transformée’.

Pendant de longues années, j’ai eu des a priori sur les parents de mon école. Froids, hautains, moqueurs, lunatiques, méchants… j’avais le sentiment que beaucoup ne m’appréciaient pas, alors qu’ils ne me connaissaient même pas. Chaque jour, la dépose de mon enfant pouvait être l’occasion d’un regard de travers, d’un bonjour resté dans le vide, d’une bousculade mal interprétée. Rapidement je pris l’habitude de ne pas m’éterniser devant l’école et de ne pas risquer de me prendre un ‘vent’ de plus.

Je n’étais pourtant pas de nature parano.

Je me souviens être toujours allée enthousiaste aux réunions parents-profs. J’en repartais systématiquement avec un pincement au coeur, un gloubiboulga de moments sympas, de franche solitude, d’impuissance à copiner, un sentiment de ne pas être comme les autres. J’étais délivrée quand je passais la grille en sens inverse.

Je n’étais pourtant pas si différente.

Le masque

C’est vrai que le matin je courais (je cours encore). Je n’étais pas toujours bien réveillée, pas toujours fagotée aussi bien que je l’aurais souhaité, des fois j’avais un rdv dans la demie-heure qui suivait, d’autres fois je n’avais pas réussi à mettre à temps la main sur mes lunettes. Toujours j’étais concentrée sur mon objectif: déposer mon enfant chéri que j’aime à la folie et filer.

Mais il y avait autre chose. Je me sentais décue, triste, en manque de gentillesse. L’hostilité de l’endroit ne collait pas avec l’image de ses petits occupants, tous ces enfants remplis de vie.

Alors qu’est-ce qui clochait ?

Je regardais les enfants. Je regardais les parents. Une phrase de la maitresse prononcée lors de la dernière réunion me revint en tête: ‘C’est à vous, parents, de montrer l’exemple et les bonnes manières. L’école est la continuité de la maison, l’école ne peut que prendre le relai”.

Et là je me vis arriver chaque matin devant l’école, ma tête fermée, le sourire inversé, collant des étiquettes à tous les parents que je croisais, juste parce qu’ils avaient une tête peu souriante à mon égard.

Moi qui étais capable de ne pas lâcher mon enfant pour qu’il décroche un sourire à la dame, pour qu’il soit un enfant modèle, pour qu’il ne se planque pas derrière ma jupe quand il s’agissait de dire bonjour au monsieur.

Moi qui baignais dans les belles phrases à effet miroir “si tu souris les gens te sourirons”, “si tu es poli les gens seront plus gentils”. Pour quelle raison étrange étaient-elles devenus applicables à tous en toute circonstance sauf à moi devant l’école?

J’eu une idée.

La découverte d’un monde parallèle

Le lendemain je me forçais à accrocher un sourire sur ma face. Le sur lendemain je fis pareil. Le jour d’après aussi. Et le suivant. Je reçus en 5 jours tellement de sourires, certains certes un peu surpris, d’autres spontanément ravis, que depuis ce jour je n’ai plus jamais cessé de sourire en allant à l’école.

Un monde insoupçonné de bienveillance s’était ouvert à moi. Un univers qui n’allait faire que grandir.

Quelques jours après, un parent me recommanda l’appli Ma Share Ecole, pour, me dit-il, avoir le temps de bavarder. J’y fis la connaissance de dizaines de parents plus adorables les uns que les autres. Beaucoup eurent des petits mots gentils à mon égard, se mirent à m’appeler par mon prénom le matin, de belles amitiés étaient en train de naitre, pour moi et pour mon enfant.

Parmi eux se trouvaient évidemment les froids, les hautains, les moqueurs, les lunatiques et les méchants. Comme moi, ils n’avaient juste pas eu le temps de prendre leur café ou leurs lunettes, avaient un rdv dans la foulée ou n’étaient pas tout à fait bien fagotés….
Je suis tellement heureuse d’avoir souri ce jour-là, d’avoir rectifié le tir et me montrer sous un meilleur jour à mon enfant et aux autres. Je suis heureuse que le passage entre la maison et l’école soit devenu plus doux. Je suis heureuse d’avoir découvert Ma Share Ecole dans laquelle je me reconnais pleinement. Et je suis heureuse de pouvoir apporter mon témoignage.

Je vous souhaite à tous une douce rentrée des classes et une belle année 2018. Et si vous avez encore un tout petit peu de place pour une bonne résolution, demain devant l’école, souriez )

Charlotte, maman de Émile et share maman depuis 2016.

rien à voir mais super

 
Livre parents & ados
On ne se comprend plus pour ma share ecole
Un livre qui fait énormement de bien aux parents et aux ados. À lire seul ou ensemble
 
Livre + 5 ans
Calme et attentif comme une grenouille
Intérêt pédadogique : méditation enfant. Pour accorder le bénéfice du calme à nos enfants.